love of israel

dimanche 7 décembre 2014

La Turquie d’Erdogan a épousé les thèses d’un certain  Topcu : d’où son hospitalité pour le Terrorisme arabe et son histoire d’amour avec le Hamas.

Image à la Une : Le President turc (alors Premier Ministre) Recep Tayyip Erdogan, à droite, rencontrant les leaders du  Hamas Khaled Mashaal (center) and Ismail Haniyeh le 18 Juin 2013, à Ankara, Turquie. (Image source: Turkey Prime Minister’s Press Office)
Erdogan a délibérément négligé une différence significative entre le Hamas et les partis islamistes de Turquie: le Hamas préconise spécifiquement la violence, tandis que les partis turcs opèrent dans un cadre politique démocratique.
Le Hamas coordonne ses efforts en Cisjordanie (Judée-Samarie) avec un soutien logistique dont le centre de commandement est à Istanbul.
En 2004, le président turc (alors Premier ministre) Recep Tayyip Erdogan a qualifié Israël « d’Etat terroriste. » Deux ans plus tard, il accueillait Khaled Mashaal, le chef du Hamas. Faisant allusion à l’expérience de la Turquie avec les partis islamistes, dont le sien, venu au pouvoir par des élections, M. Erdogan a déclaré: « Le choix du peuple (lors du scrutin) doit être respecté. » Erdogan, citant la victoire électorale du Hamas à Gaza, apparemment voulait légitimer le Hamas et le terrorisme.
Toutefois, il a délibérément négligé une différence significative entre le Hamas et les Partis Islamistes de Turquie: le Hamas préconise spécifiquement la violence, tandis que les Partis Turcs opèrent dans un cadre politique démocratique.
Huit ans après la visite de Mashaal en Turquie, le Hamas coordonne ses efforts en Cisjordanie (Judée-Samarie) avec le soutien logistique d’un centre de commandement à Istanbul – un fait qui agace apparemment, même l’Autorité Palestinienne [AP], partenaire avec le Hamas au Gouvernement des Territoires palestiniens.
La Turquie est aussi l’hôte de Salah al-Aruri, un commandant du Hamas que  l’Autorité Palestinienne a accusé de planifier plusieurs attaques contre des cibles israéliennes.
Selon les médias israéliens, le Shin Bet a la preuve que les attaques meurtrières contre des Israéliens ont été planifiées au siège du Hamas à Istanbul. Les diplomates turcs nient sans conviction ces affirmations. Israël aurait demandé à l’OTAN et au gouvernement américain de prendre des mesures contre le soutien de la Turquie à une organisation terroriste.
C’est, en fait, Aruri qui, le 20 août, lors de la Conférence mondiale des Sages islamiques en Turquie, a admis que le Hamas avait instigué l’ »action héroïque menée par les Brigades al-Qassam [l'aile militaire du Hamas], dans la capture des trois colons à Hébron « . Les trois adolescents ont été enlevés et assassinés par des activistes du Hamas, un acte qui a déclenché la spirale de violence qui a conduit à la terrible guerre de 50 jours contre Gaza cet été.
La plupart des observateurs occidentaux ont tendance à expliquer l’histoire d’amour de M. Erdogan avec le Hamas par la realpolitik et le pragmatisme – en ce que la Turquie a cherché à asseoir son influence dans la région parmi les nations arabes en décidant de devenir le puissant défenseur de la «cause palestinienne».

Cet auteur donne à penser qu’il y a aussi « une histoire d’endoctrinement » derrière l’histoire d’amour.

L’un des philosophes et écrivains les plus influents qui a inspiré une jeune génération d’islamistes turcs à la fin des années 1960 et au début des années 1970 était Nurettin Topcu (1909-1975). Ses écrits ont grandement influencé une classe émergente de djihadistes turcs qui se sont réunis sous l’égide de l’Union nationale des étudiants turque (MTTB, son acronyme turc). Les théories de Topcu et d’autres penseurs ont fondé ce qui sera plus tard connu sous le nom de la «synthèse turco-islamique», ou tout simplement l’islam politique turc. Dans les vues de Topcu, «l’islam est l’esprit et le coeur d’un Turc et la synthèse turque est son corps. » L’un des membres les plus enthousiastes de MTTB fut Erdogan.
Dans un discours de 2010, Erdogan a fait référence à Topcu, ce «grand penseur», ainsi qu’à une demi-douzaine d’autres écrivains, La même année, dans un autre discours, Erdogan a déclaré que Topcu était « le miroir de ce pays. » Plus récemment, dans une interview, M. Erdogan a cité onze noms comme étant «les plus grands écrivains de l’histoire ottomane et turque.» L’un d’eux était Topcu.
Aujourd’hui, un centre culturel et un certain nombre d’écoles primaires, y compris à Ankara et Istanbul, portent fièrement le nom du philosophe. Cette année, un sous-ministre a inauguré une école politique baptisée Nurettin Topcu. Juste la semaine dernière, des gros bonnets et des bureaucrates gouvernementaux ont organisé une table ronde sur « Le MaÎtre Nurettin Topcu et Notre Cause pour l’éducation. »
Mais qu’est-ce qui rend ce philosophe turc diplômé de la Sorbonne si cher aux cœurs et aux esprits des dirigeants turcs? Peu de temps après la guerre des Six-Jours en 1967, Topcu avait publié trois essais: «La cause islamique et le judaïsme», «L’argent et le Juif» et «Les êtres humains et les Juifs».
Le chroniqueur d’un journal pro-Erdogan, Ibrahim Tenekeci, a écrit dans sa chronique pour le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak, au début de cette année: « [Les écrits de 1967 de Topcu] reflètaient la colère d’un musulman … un noble défi, une position honorable. »
Mais quels sont les enseignements de l’un des penseurs préférés du président turc?
Dans “l’argent et les juifs” Topcu écrit :
« L’humanité a deux ennemies, deux Satans: l’argent et les juifs. »
Dans « La Cause Islamique et le Judaïsme », on trouve sous la plume de Topcu:
« Aussi longtemps que [l’Etat d’] Israël reste là, le monde turc et islamique sera en danger. L’avenir appartient à l’un des deux : Israël ou les mondes turc et islamiques. »
Et dans son ouvrage « Les êtres humains et les juifs » :
«Les juifs sont l’éternel supplice de l’humanité; ce sont des mains ensanglantées et coupables… »
« La nation juive a été envoyée au monde pour détruire toute la beauté, tout fondement solide et toute rédemption. Faire le mal aux êtres humains et à l’humanité est presque un instinct juif. »
Topcu ne dit pas « qui » a envoyé les juifs sur terre pour causer du tort à l’humanité et pourquoi. Mais apparemment la génération des turcs Islamistes des années 70 a pris ses théories trop au sérieux.
Oui, le président Erdogan est un politicien pragmatique. Mais pas toujours. Surtout lorsque son moi-pragmatique rencontre son moi-émotionnel: C’est le paradis! Avez-vous encore des questions sur son histoire d’amour passionné avec le Hamas? Relisez encore une fois les extraits de Topcu. Ouvrez ensuite la charte du Hamas, lisez cette caricature de texte et comparez ses lignes avec celles du philosophe turc. Maintenant vous avez une meilleure lecture de la pensée de M. Erdogan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire