love of israel

mercredi 17 décembre 2014

Le Parlement européen botte en touche sur la Palestine

Pas de vote solennel, mais une simple motion reconnaissant « en principe l’État Palestinien ». Une prise de position uniquement symbolique. De plus, la reconnaissance doit, selon le Parlement, «aller de pair avec le processus de paix» ce qui renvoie les palestiniens à la table des négociations.

Le Parlement européen ne s’est pas prononcé sur la reconnaissance de l’État palestinien, mais a seulement reconnu « en principe » un tel État, qui jouit déjà du statut d’État non-membre à l’ONU. Un choix qui a pour objectif de ne froisser personne.
Selon Reuters  « le Parlement européen soutient le principe de la reconnaissance d’un Etat palestinien et d’une solution à deux Etats mais estime que ceux-ci devraient aller de pair avec le développement des pourparlers de paix négociés par les deux » selon la résolution adoptée par 498 voix contre 88.. Il n’y aura donc finalement pas de vote sur la reconnaissance d’un Etat palestinien mercredi à Strasbourg mais les eurodéputés se prononceront sur un compromis qui appuie une solution négociée à deux Etats.
L’eurodéputé Italien Fulvio Martusiciello a déclaré : « Il serait intéressant que ce débat s’occupe  de la reconnaissance de la Palestine et de la sécurité du peuple israélien. Il est inadmissible qu’un citoyen israélien ne puisse pas sortir de chez lui sans courir le risque d’être blessé à l’acide, d’être la victime d’un attentat ou d’être renversé par une voiture ».
En cela, le Parlement européen n’a pas été aussi loin que la gauche française résolument anti-israélienne qui a fait voter un texte scandaleux qui n’a pour seul objectif que de tenter de reconquérir les voix musulmanes en attisant les tensions entre israéliens et palestiniens.
Les socialistes, les Verts et la gauche radicale souhaitaient appeler les Etats membres à reconnaître l’Etat palestinien, mais le PPE (droite), principale formation politique du Parlement, a pesé pour lier cette perspective à une relance des pourparlers de paix. Ces différentes approches, entre ceux qui voient dans la reconnaissance de l’Etat palestinien un catalyseur pour la paix et ceux pour qui la paix doit être une condition préalable, avaient déjà conduit les eurodéputés à reporter leur vote en novembre.
«Il n’y a pas de reconnaissance immédiate sans condition», a affirmé le président du groupe PPE, Manfred Weber. Son homologue socialiste, Gianni Pittella, a salué «une décision historique» et une«victoire de l’ensemble du Parlement».
Le Parlement a décidé «d’engager une initiative intitulée « Parlementaires pour la paix » visant à rapprocher les parlementaires européens, israéliens et palestiniens»pour faire progresser les perspectives de paix.
C’est une bonne nouvelle pour Israël.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire