love of israel

mercredi 17 décembre 2014

ONU : Quand le Gouvernement français se fait perversement l’inspirateur des ennemis de l’Etat juif

il apparaît que le projet de résolution palestinien réclamant la fin de « l’occupation israélienne », qui sera soumis mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU, est largement inspiré par les propositions du gouvernement français, a indiqué le ministre palestinien des Affaires étrangères. « Le texte qui sera présenté aujourd’hui est le projet français qui a été amendé avec les observations (…) palestiniennes. Il sera présenté aujourd’hui (mercredi) au Conseil de sécurité comme projet et soumis à un vote 24 heures après », a affirmé Riyad al-Malki à l’AFP.

Le ministre a toutefois évoqué la possibilité que ce vote soit retardé « au cas où aucun des 15 membres du Conseil de sécurité ne demande qu’il soit soumis à un vote ».
Le ministre n’a pas indiqué si le projet de résolution inclura une clause sur une date butoir pour la fin de « l’occupation israélienne », que les Palestiniens réclament d’ici deux ans.
Riyad al-Malki a en revanche indiqué que la France avait retiré la clause controversée portant sur une reconnaissance par les Palestiniens d’Israël comme Etat juif. Allez donc ! Qui inspire qui ?
Selon lui, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius « a confirmé que cette question ne serait pas incluse dans le projet de résolution ».
En cas de veto américain, les « Palestiniens » ont l’intention de demander aussitôt leur adhésion à une série d’organisations et de conventions internationales, parmi lesquelles la Cour pénale internationale (CPI), a récemment déclaré le négociateur en chef « palestinien » Saëb Erakat au secrétaire d’Etat américain, selon un haut responsable proche des discussions entre « Palestiniens » et John Kerry.
Les Etats-Unis sont fermement opposés à ce que les « Palestiniens » rejoignent la CPI, une telle adhésion leur permettant de poursuivre Israël pour crimes de guerre.
De manière plus générale, Washington s’oppose aux initiatives unilatérales qu’on essaierait d’imposer à son allié israélien sans passer par des discussions bilatérales.
Les Israéliens ont de leur côté prévenu qu’ils s’opposeraient de toute force au projet palestinien.
Avec la dérive criminelle du gouvernement actuel de la France qui semble ne pas connaître de limites à son action contre l’Etat juif visant à le délégitimer afin de le livrer à ses ennemis mortels, nous sommes entrés dans une phase critique où tout peut survenir.
Ajoutez à cela le fait que le Hamas est désormais sorti de la liste des organisations terroriste établie par les Etats Unis et l’Union européenne, parce que l’on ose encore désigner par « la justice européenne » au prétexte fallacieux d’un vice de procédure, tout en prétendant maintenir le gel de ses avoirs en Europe. Mais le Qatar est encore là pour compenser.
Que le Hamas est le « filleul » du Qatar qui le finance et se fait son porte-parole dans les instances internationales.
Et sachant que le Qatar est le premier émirat financier du terrorisme islamiste dans le monde et contre Israël en particulier et qui, étant investi massivement dans les banlieues françaises pour prendre en charge les « français de la diversité » a transformé la France en son terrain de jeu grâce à ses milliards, en faisant oublier à toute la classe politique de droite et de gauche de ce pays ce qui lui restait de valeurs et d’honneur.
La « Françarabie » comme « l’Eurabia » ne sont pas qu’un slogan, c’est devenu une réalité perversifiée au-delà de ce que d’une part le Quai d’Orsay aurait osé rêver, et d’autre part ce que l’Europe judéophobe n’avait osé réaffirmer depuis 70 années.
Ce qui confirme que les penchants criminels européens semblent intacts et prêts à se remettre en action. De l’histoire beaucoup n’ont rien appris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire