love of israel

samedi 31 janvier 2015

Putin Joins Holocaust Memorial

Russian President Vladimir Putin joined an event marking Holocaust Memorial Day at Moscow's Jewish Museum; "They were murdered only because they were Jews," he said.
President Vladimir Putin participated in a memorial event for international Holocaust Remembrance Day, the day that Auschwitz was liberated by the Soviet army 70 years ago.

The event took place at the world's largest Jewish Museum at the Marina Roscha Synagogue in Moscow, directed by Chief Rabbi of Russia, Rabbi Berel Lazar.

Rabbi Lazar opened the event with the reciting of "kel malei rachamim" prayer, in memory of the 6 million Jews who were murdered in the Holocaust, and the 1.1 million murdered at Auschwitz.

"We must thank G-d for all the miracles He performed for those that were saved from the Holocaust," Rabbi Lazar said in his remarks. Lazar spoke about his own parents' miraculous survival from the war, and their subsequent building of a Jewish home with descendants who proudly continue the Jewish tradition in many countries around the globe.

President Putin mentioned in his speech the many brave Jewish soldiers who fought on the front lines in the Red Army, some of whom were there at the liberation of Auschwitz.

"It's true the Red Army liberated Auschwitz," Putin said, "but there were about half a million Jews fighting in the army together with the Russians, 250,00 of whom died.

"The Jews who were murdered in Auschwitz were innocent, they were murdered only because they were Jews," Putin continued. "The phenomenon of anti-Semitism unfortunately still exists today," he said.

Holocaust survivor Mrs. Breindel Fleishman, a resident of Israel, traveled to Moscow to participate in the event. Mrs. Fleishman, who was liberated from Auschwitz, now has children who serve as Rabbis and Shluchim throughout Russia.

Memorial candles were lit by President Putin, Rabbi Lazar, Mrs. Fleishman, a Russian soldier who was there at the liberation, Alexander Boroda - President of the Federation of Jewish Communities of Russia and a great-grandchild of Mrs. Fleishman, to remember the 6 million Jews who perished.

Among the participants were dignitaries, ambassadors from various countries, philanthropist Lev Leviev, Michoel Miralashvilli and friends of the local Jewish community.

vendredi 30 janvier 2015

Yazidis and israel

Lt. Col. Lukman Ibrahim, speaking to Al-Monitor, said the militia needs weapons and aid, and would like Israeli assistance so it can fight Islamic State, or ISIS. He said the Yazidis support Israel and fight similar enemies.
Israel has yet to respond to the Yazidi request.
The militia, with 12,000 members, was organized in August to defend against ISIS, which has persecuted and killed the minority since capturing Yazidi cities last year. Most of the fighters are untrained.
“We appeal to the Israeli government and its leader to step in and help this nation, which loves the Jewish people,” Ibrahim was quoted as saying by Al-Monitor. “We would be most grateful for the establishment of military ties — for instance, the training of fighters and the formation of joint teams. We are well aware of the circumstances the Israelis are in, and of the suffering they have endured at the hands of the Arabs ever since the establishment of their state. We, too, are suffering on account of them.”
A Yazidi doctor who lives in Germany said that Yazidis and Jews can also find common ground in both being victims of genocide.
“What happened to us is the biggest genocide since the Holocaust of the Jews in Europe,” said Dr. Mirza Dinnay, a pediatrician, told Al-Monitor. “In the Holocaust, the goal was to annihilate an entire people, the Jews. IS has a similar plan — to exterminate an entire people, the Yazidis.”

‘We are being slaughtered’

The Yazidi commander’s call echoed the pleas of a Yazidi father in Jerusalem, whose family was trapped by IS on Mt. Sinjar over the summer.
“I ask, in my name, and in the name of the Yazidis, that Israel and Europe help us against the Islamic State,” he said to the Times of Israel in August. “I ask that the State of Israel protect us from the Islamists, tens of thousands of people, my family alone is 20 people. Put it on Facebook, put it on YouTube.”
“I wish Netanyahu would let us live here,” he added. “I wish he would give the Yazidi some land.”
Yazidis are monotheists who follow an ancient syncretic Kurdish religion influenced by Zoroastrianism, Islam, Christianity, and Judaism. They number around 500,000, mostly in northern Iraq, Turkey, and Syria. Yazidis revere an archangel, Malek Taus (the Peacock Angel), whom they believe God entrusted to run the world after he refused to bow down to Adam.
Iraq’s only Yazidi member of Parliament, Vian Dakhil, answers questions during an interview on September 20, 2014 in Erbil, the capital of the Kurdish autonomous region in northern Iraq.
Local Muslims, however, call them devil worshipers, because according to the Islamic version of the story, the angel who refused to bow down to Adam, Iblis, was cast down to hell, where he became Satan. Yazidis have long been persecuted by Muslims, and are often looked down on as uneducated and dirty. They do not let their children marry Muslims, and their society has seen high-profile honor killings of girls accused of pursuing relationships with Muslims.
The Yazidis’ tense history with Muslims makes them a prime target for the Islamic State. In August, IS issued an ultimatum to tens of thousands of people from the Yazidi community to convert to Islam, pay a religious fine and flee their homes, or face death. The UN mission in Iraq, known as UNAMI, said as many as 200,000 civilians, mostly Yazidis, fled to Mt. Sinjar, but were surrounded by militants and endangered. At least 40 children from those displaced from Sinjar were killed in the violence, UNICEF said.
During a parliamentary session in August, a Yazidi lawmaker broke down in tears as she urged the government and the international community to save her people from being massacred or starved into extinction.
“We are being slaughtered; our entire religion is being wiped off the face of the earth. I am begging you, in the name of humanity,” said Vian Dakhil.
Ties between Israel and the Kurds in general run deep. A Mossad officer named Sagi Chori was sent to help his close friend, the late iconic Kurdish leader Mulla Mustafa Barzani, manage the Kurds’ battles against the Iraqi army in the 1960s. (The partnership has been well-documented in Kurdish and Israeli media.) And reports of Israel training Kurdish commandos continue to surface. Nationalist Kurds tend to see Israel as a role model for an independent Kurdistan, a small nation surrounded by enemies and bolstered by a strategic partnership with the United States.
Israel has long developed alliances with non-Arab countries on the periphery of the Middle East. Today, that policy rests on partnerships with Cyprus, Greece, Bulgaria, and Caucasian and central Asian countries. Kurdistan fits perfectly into that framework.
If Kurds gain independence, they will likely open full diplomatic relations with Israel. “The Kurds are the only nation in the region that has not been filled with hatred toward Israel and America,” said Selam Saadi, chief editor of Kurdish news site Rudaw. “The way Kurds see the world is different from Arabs… Generally, Islamists are more powerful in the Arab world, they think that Islamic Sharia is the solution. However, the majority of Kurds believe in a European style of government. The problem is they don’t know how to get there. They don’t have experience.”

ETAT DE PALESTINE ILLEGAL SELON L’ARTICLE 80 DE LA CHARTE DE L’ONU !


La lecture attentive de l’article 8O de la Charte des Nations Unies protège la légitimité de l’Etat Juif de manière absolue et indiscutable.. La naissance de la Palestine, par contre, reste ce mauvais rêve qui ne laisse aucun répit à sa proie, la gavant d’illusions payées cependant à prix fort! POURQUOI FAIT-ON CROIRE A SA PROCHAINE NAISSANCE, ALORS QU’ELLE EST IRREALISABLE  SELON L’ARTICLE 80 DE LA CHARTE, C’EST A DIRE, EN APPLICATION DU DROIT INTERNATIONNAL ?

Extrait   de l’article 80 de la Charte des Nations Unies:
Aucune disposition du présent Chapitre ne sera interprétée comme modifiant directement ou indirectement en aucune manière les droits quelconques d’aucun État ou d’aucun peuple ou les dispositions d’actes internationaux en vigueur auxquels des Membres de l’Organisation peuvent être parties.

Apparemment complexe, mais en fait d’une clarté singulière, Cet article 80 (cité partiellement) de la Charte des Nations Unies empêchera toute édification de l’Etat de Palestine. En effet, il marque toute la différence entre les Etats initialement sous mandat et les Etats sous tutelle, estimant que les territoires dont bénéficient les Etats sous mandat ont force exécutoire.

Or, les territoires reconnus aux sionistes étaient sous mandat britannique. Si ces territoires faisaient l’objet d’un accord entre les parties concernées qui transformeraient le mandat en tutelle ou en « territoire sous tutelle », une modification ultérieure des frontières ainsi qu’un changement de propriétaire serait possible. L’ONU disposait de trois ans pour procéder à un changement éventuel. Or, du 24/10/45 au 15, date où la Charte devenait effective au 15/5/48, date de la naissance d’Israël, l’ONU n’a pas conclu d’accord ou traité transformant les pays sous mandat, en « territoires sous tutelle. »
Israël était sous mandat britannique et devient par les effets pratiques de cet article, un Etat  dont l’origine et le droit de propriété ne sont plus contestables.

Ironie du sort ou du destin, l’ONU dont l’hostilité anti sioniste est établie, se trouve enfermée dans un piège où « l’oubli » des trois ans pour s’opposer à la réalisation sioniste, la conduit à devoir reconnaître la souveraineté pleine et entière des Juifs sur leur terre. MAIS SURTOUT A DECLARER ILLEGAL LE PROJET D’EDIFICATION DE LA PALESTINE !
L’Etat de Palestine est une entité mort née illégale et illégitime.

POURQUOI OBSERVE T-ON UN MUTISME BIEN SINGULIER A CE SUJET?

Hamas et ABBAS


En 2007, Abbas a perdu la bande de Gaza au Hamas. Maintenant, il semble être en passe de perdre la bande de Gaza à ses rivaux du Fatah. Beaucoup de ses anciens partisans du Fatah se sont tournés contre lui.
La dernière chose que les Palestiniens et la communauté internationale veulent, c'est une autre la Syrie ou Libye ou Yémen au Moyen-Orient.
Ce ne est pas un combat pour la reconstruction de Gaza, ou des réformes, la démocratie ou la construction d'un meilleur avenir pour les Palestiniens. Ce n'est pas un combat entre les bons et les méchants. Plutôt, c'est un combat entre les méchants et les méchants - et c'est tout sur l'argent, l'ego et le pouvoir.

La faction palestinienne du Fatah, dont les dirigeants sont censés préparer les Palestiniens à un Etat palestinien indépendant, est actuellement en proie à une lutte de pouvoir amers et violents entre l'autorité palestinienne [PA] le Président Mahmoud Abbas et son grand rival, Mohamed Dahlan.
Il s'agit d'une lutte pour le pouvoir, cependant, qui jette des doutes sur le Fatah qui se dit prêt à établir un Etat palestinien en Cisjordanie, la bande de Gaza et à Jérusalem-est.
Les luttes intestines du Fatah ne sont pas nouvelles, comme Abbas et Dahlan, un ancien commandant de sécurité de l'Autorité dans la bande de Gaza, qui sont en guerre l'un contre l'autre depuis ces quatre dernières années.
Abbas estime que Dahlan, qui se repose actuellement dans les Émirats Arabes Unis, a longtemps été pressenti pour le remplacer en tant que président de l'autorité palestinienne. Abbas a pris un certain nombre de mesures visant à saper Dahlan, y compris de l'avoir expulsé du Fatah.
Abbas a également accusé Dahlan de malversations financières et de meurtre – choses que ce dernier a nié avec véhémence.
Mais c'est la première fois que le différend entre les deux hommes a débordé dans la violence. Dans les dernières semaines, les rues de la bande de Gaza sont devenues des scènes d'affrontements violents entre les partisans d'Abbas et de Dahlan, pour le plus grand plaisir du Hamas.
La dernière crise a commencé quand Abbas a décidé de couper les salaires de quelque 250 fonctionnaires du Fatah dans la bande de Gaza qu'il soupçonne être affiliés à Dahlan.
En réponse, les hommes de Dahlan sont allés saccager, incendiant des voitures et des institutions appartenant aux Loyalistes d'Abbas dans la bande de Gaza. Un des établissements visés par les hommes de Dahlan c'est la société pour les familles des prisonniers et des Martyrs, qui a été contrainte de fermer après que ses bureaux ont été incendiés dans la ville de Gaza.
Les Hommes de Dahlan ont également agressé un certain nombre de hauts responsables du Fatah étroitement associés à Abbas. L'un d'eux, Mohamed al-Nahhal, a été moyennement blessé lors d'un assaut à la Conférence d'un médecin, dans un hôtel de la ville de Gaza.
La violence a contraint le Fatah de suspendre toutes ses activités dans la bande de Gaza--encore une fois, beaucoup à la grande joie du Hamas.
Certains loyalistes d'Abbas sont convaincus que Dahlan et ses partisans travaillent en coordination avec le Hamas.
Osama Qawassmeh, un porte-parole de Fatah affilié à Abbas, a déclaré que le Hamas a travaillé dur pour « encourager » les hommes de Dahlan d'attaquer leurs rivaux. Il a également affirmé que Dahlan a amélioré ses relations avec le Hamas en canalisant les fonds à la bande de Gaza.
Suite à la récente vague d'attaques, les loyalistes Abbas dans la bande de Gaza ont poursuivi l'offensive en menaçant « d'éliminer » Dahlan et son « gang ».
Une brochure, publiée par un groupe jusqu'ici inconnu pro-Abbas appelé protecteurs de la légitimité, a menacé de tuer 80 partisans de Mohammed Dahlan. Le groupe a publié les noms des partisans, affirmant qu'ils travaillaient pour Israël.
« Vos menaces ne sauront nous intimider, » a déclaré le groupe. « Vous commencez à jouer avec le feu. Mais nous sommes faits de feu qui vous brûlera. La langue du dialogue avec vous est terminée et dès aujourd'hui nous allons commencer à vous parler avec le langage des armes et arrachement des têtes».
En 2007, Abbas a perdu la bande de Gaza au Hamas. Maintenant, il semble perdre la bande de Gaza à ses rivaux du Fatah.
Les événements violents de ces dernières semaines sont encore un autre signe de l'échec du Fatah à se ressaisir, surtout à la suite de sa défaite face au Hamas lors des élections législatives de janvier 2006.
Au cours des dernières années, Abbas a maintes fois déclaré qu'il n'y aura jamais un Etat palestinien sans la bande de Gaza.
Cependant, les luttes intestines entre les dirigeants du Fatah, ainsi que la lutte pour le pouvoir continuel entre Abbas et le Hamas, amènent à dire que les chances de créer un Etat Palestinien sont inexistantes. Si dans le passé, Abbas n'a pas pu visiter la bande de Gaza aux mains du Hamas, maintenant il sait que beaucoup de ses anciens partisans du Fatah se sont également retournés contre lui.
Dans les circonstances actuelles, il n'y a pas beaucoup d'autre choix pour Abbas il ne peut rien d'autre que demeurer en Cisjordanie, où il se sent plus en sécurité, en grande partie grâce à la présence des Forces de défense israéliennes qui y sont présentes.
Il est temps pour la communauté internationale se réveille et réalise que l'idée d'établir un Etat palestinien indépendant n'est rien d'autre qu'une blague. La dernière chose que les Palestiniens et la communauté internationale veulent c'est une autre Syrie ou Libye ou Yémen au Moyen-Orient.
Au lieu de travailler à s'entraider et reconstruire la bande de Gaza, les Palestiniens sont occupés par des combats et se menaçant les uns les autres. Ce n'est pas un combat pour des réformes, la démocratie ou la construction d'un avenir meilleur pour les Palestiniens. Ce n'est pas une lutte entre bons et méchants. Au contraire, il s'agit d'une lutte entre méchants et méchants-- mais c'est pour l'argent, l'ego et le pouvoir.

mercredi 28 janvier 2015

Netanyahu To Run For GOP In 2016; “He’s The Most Popular Republican,” Boehner Says


“Washington, D.C. – House Speaker John Boehner announced Thursday that Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu is scheduled to address Congress on March 3rd, although President Obama does not plan to meet with him.
“The House speaker had invited Netanyahu to speak to lawmakers about the threat from Iran. The announcement caught the president off-guard, as the invitation was not cleared first with the Obama administration; such invitations are typically coordinated with the State Department and White House.
“The White House said Obama would not meet with him, when asked Thursday about the visit, citing the country’s upcoming elections. Spokeswoman Bernadette Meehan said that in keeping with “long-standing practice and principle,” the president does not meet with heads of state or candidates in close proximity to their elections
Meanwhile, House Minority Leader Nancy Pelosi, D-Calif., said it was inappropriate for Boehner to invite Netanyahu to address Congress in the shadow of that election and give the appearance of endorsing the Prime Minister.
“Pelosi said: “if that’s the purpose of Prime Minister Netanyahu’s visit two weeks before his own election, right in the midst of our negotiations, I just don’t think it’s appropriate and helpful.” “But Boehner cast the invitation as part of Congress’ effort to stay tough on Iran, as the Obama administration forges a possible nuclear deal with the country. On Wednesday, Boehner denied any suggestion he was “poking [the White House] in the eye,” though Josh Earnest, the White House Press Secretary, noted the invitation was a breach in protocol.
In an interview with Newslo, Boehner seemed somewhat surprised when asked about his party’s relationship with the Israeli Prime Minister. However, he quickly gave up trying to deny the obvious and spilled his guts.
“To be honest, I didn’t think it would remain a secret this long. But, it was bound to set-off some alarms sooner or later. So, yes – the GOP does have a very intimate relationship with Netanyahu, but not for the reasons everyone suspects; we’ve been trying to persuade him to become the party’s presidential candidate in the 2016 elections, and I’m happy to say we’ve finally succeeded. All that’s left is for us to make it official, which is what is going to happen on the 3rd of March, during his visit to Washington,” Boehner confessed.
As for the long-term consequences of such a bombshell on the US political scene, they’re bound to be plentiful, to say the least.


“Meanwhile, House Minority Leader Nancy Pelosi, D-Calif., said it was inappropriate for Boehner to invite Netanyahu to address Congress in the shadow of that election and give the appearance of endorsing the Prime Minister.
“Pelosi said: “if that’s the purpose of Prime Minister Netanyahu’s visit two weeks before his own election, right in the midst of our negotiations, I just don’t think it’s appropriate and helpful.”
“But Boehner cast the invitation as part of Congress’ effort to stay tough on Iran, as the Obama administration forges a possible nuclear deal with the country. On Wednesday, Boehner denied any suggestion he was “poking [the White House] in the eye,” though Josh Earnest, the White House Press Secretary, noted the invitation was a breach in protocol.
In an interview with Newslo, Boehner seemed somewhat surprised when asked about his party’s relationship with the Israeli Prime Minister. However, he quickly gave up trying to deny the obvious and spilled his guts.
“To be honest, I didn’t think it would remain a secret this long. But, it was bound to set-off some alarms sooner or later. So, yes – the GOP does have a very intimate relationship with Netanyahu, but not for the reasons everyone suspects; we’ve been trying to persuade him to become the party’s presidential candidate in the 2016 elections, and I’m happy to say we’ve finally succeeded. All that’s left is for us to make it official, which is what is going to happen on the 3rd of March, during his visit to Washington,” Boehner confessed.
As for the long-term consequences of such a bombshell on the US political scene, they’re bound to be plentiful, to say the least.

After Killing 2 IDF Soldiers, Hezbollah Calls for Calm

Despite a message from Hezbollah Wednesday night that it was not seeking to increase tensions with Israel, security officials in Israel said that Israel would respond to the Hezbollah attack on an IDF patrol earlier “at a time and place that suits the IDF,” the spokesperson said. Israel would not let the attack that killed two IDF soldiers earlier Wednesday to go unanswered, the official said.
Two IDF soldiers were killed earlier Wednesday when Lebanese terror group fired antitank missiles at two IDF vehicles in the Har Dov area (Shebaa Farms) in a Hezbollah ambush. The two soldiers killed were identified as Major Yochai Kalangel and Sgt. Dor Nini, the IDF Spokesperson's Office said. Six casualties in light to moderate condition were taken to Ziv Hospital in Tzfat. Additional casualties were evacuated to Rambam Hospital. The IDF vigorously denied Hezbollah claims that an IDF soldier had been kidnapped, and a Lebanese report later confirmed that Hezbollah had failed to capture an Israeli soldier.
Hezbollah later delivered a message through UNIFIL, the UN special patrol force in south Lebanon, saying that it was not seeking to increase tensions with Israel at this time. As far as the terror group is concerned, the message said, Wednesday's actions would satisfy Hezbollah's demands for revenge against Israel for last week's IDF attack on a convoy on the Syrian side of the Golan border. In the attack, Israel eliminated Jihad Mughniyeh, said to be Hezbollah's “commander of the Golan Heights area,” along with a crew of Hezbollah terrorists, and Iranian general Abu Ali Tabtabai.
Prime Minister Binyamin Netanyahu said Wednesday that the parties responsible for the attack on Har Dov earlier in the day that claimed the lives of two IDF soldiers would “pay the full price for their actions.” Netanyahu made the comments Wednesday evening before a meeting of top army and government officials discussing the attack by Hezbollah terrorists earlier Wednesday.
“Those who committed these acts will pay the full price for their actions,” Netanyahu said. “For a long time Iran has been using Hezbollah to establish a terror front against us on the Golan. We are aggressively acting to prevent this. The government of Lebanon and the regime of Bashar al-Assad in Syria are responsible for attacks on Israel that emerge from their territory,” he said.

mardi 27 janvier 2015

Obama campaign team working to defeat Netanyahu in Israeli election

During Barack Obama's recent State of the Union speech, he told America he had no more campaigns to run. But it seems that statement flies in the face of reports that an organization known as “One Voice” has brought in what has been called a "five-man Obama team" to defeat Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu. Included in that five-man team is Jeremy Bird, the national field director for Obama's 2012 campaign, Dr. Aaron Lerner, Director of the Independent Media Review and Analysis, said Monday, citing a report at Haaretz.
That group, Dr. Lerner added, will run the anti-Netanyahu effort out of offices taking up the ground floor of a Tel Aviv office building. The campaign, known as V-2015, is careful not to support a specific party, but is working to ensure Netanyahu does not win Israel's March election. Because the effort is not supporting any specific candidate or party, Dr. Lerner said, foreign funds -- meaning monies coming from outside Israel -- raised by the campaign are not subject to that country's campaign finance laws.
Jersusalem Post columnist Caroline Glick said that "for whatever reason," Haaretz "chose not to translate this article in its English edition." She noted that Obama said he wouldn't meet with Netanyahu during his upcoming visit citing the proximity to the Israeli elections.
"And Obama, of course believes in protocol and propriety which is why he won't get involved," she wrote on Facebook. "No, he's not getting involved at all. He's just sending his 2012 field campaign manager to Israel to run a campaign to defeat Netanyahu. That's all. No interference whatsoever."
News of the team's arrival in Israel comes just days after the administration accused House Speaker John Boehner, R-Ohio, of “breaking protocol” by inviting Netanyahu to address a joint session of Congress. It's not the first time Obama operatives have actively worked to undermine and unseat foreign leaders it doesn't like, Breitbart said Monday.
The White House said that "as a matter of long-standing practice and principle, we do not see heads of state or candidates in close proximity to their elections, so as to avoid the appearance of influencing a democratic election in a foreign country.” But, the Times of Israel said, that's not entirely true, as former Prime Minister Shimon Perez visited the Clinton White House just less than a month ahead of the 1996 election.
And it's no secret that Obama doesn't like Netanyahu. "You're tired of him -- what about me? I have to deal with him every day," Obama said after former French President Nicolas Sarkozy called the Israeli prime minister a "liar." The two leaders thought they were speaking in confidence, but the exchange was caught on an open microphone. As we reported at the time, two GOP lawmakers demanded Obama apologize.

Un milliardaire israélien achète libération et l’express


Le journal Libération (qui abrite actuellement Charlie Hebdo), la chaîne d’information israélienne i24news et le magazine L’Express vont être réunis au sein d’un nouveau groupe plurimédias « Mag&NewsCo », détenu par le patron de Numéricable et SFR Patrick Drahi, coactionnaire de Libération, et son associé Marc Laufer, ont-ils annoncé mercredi, selon l’AFP.
« Mag&NewsCo, groupe média diversifié, intégrera la télévision, la radio, la presse écrite, le numérique et le mobile », indiquent les deux hommes d’affaires, qui sont en train de racheter au groupe belge Roularta les magazines L’Express et L’Expansion, et 8 autres titres.
« Marc Laufer et Patrick Drahi seront les deux seuls actionnaires du groupe. Le management opérationnel sera effectué par Marc Laufer », précisent-ils.
Pour l’instant, Libération est détenu à 50% par Patrick Drahi et Marc Laufer, et 50% par l’homme d’affaires Bruno Ledoux et ses associés.
L’homme d’affaires franco-israélien Patrick Drahi, 4e fortune de France selon le magazine Forbes, et son allié Marc Laufer négocient avec Roularta le rachat de l’hebdomadaire L’Express, du mensuel économique L’Expansion et des titres Mieux vivre votre argent, Lire, Classica, Studio Ciné Live, L’Entreprise, qui intègreront la nouvelle entité, tout comme les sept titres spécialisés détenus par le groupe NewsCo de Marc Laufer.
Les deux hommes s’intéressent par ailleurs à Radio Nova, ont-ils confirmé.
Pendant l’été 2014, Patrick Drahi, qui a créé un vaste groupe télécoms présent dans 9 pays, a renfloué le quotidien Libération, proche de la faillite, en apportant 14 des 18 millions d’euros qui ont sauvé le journal, puis une rallonge d’une dizaine de millions.
En Israël, il a racheté le groupe Hot (chaînes de télévision et téléphonie mobile) et créé la chaîne d’information internationale i24 News. En France, il a racheté des petites chaînes thématiques comme Vivolta, Shorts TV, Kombat Sport et le groupe MCS.

lundi 26 janvier 2015

Davos: François Hollande appelle à stopper le financement du terrorisme. Commençons par geler les avoirs du Qatar !

Davos 2015, lors de cette nouvelle édition du forum international les conséquences des attentats de Paris et de l’offensive de l’Etat islamique au Moyen-Orient ont beaucoup pesé sur les débats. Dans son discours attendu François Hollande a exhorté les Etats et les entreprises à se mobiliser contre le terrorisme et son financement.
Alors pourquoi le France ne montre pas l’exemple en gelant les avoirs des pays qui financent le terrorisme, à commencer par le Qatar ?
A Davos, personne n’a brandi d’affichette «Je suis Charlie» dans les escaliers de marbre ou dans l’immense salle plénière irisée de bleu électrique. Mais les attentats de Paris sont dans toutes les têtes.
Depuis mercredi, les dirigeants européens défilent à la tribune pour évoquer leur «nouvelle responsabilité» : offrir des perspectives, notamment aux 500 millions de citoyens de l’UE, et construire cette «Europe des frères», comme l’appelle l’Italien Matteo Renzi.
«L’Europe, c’est l’émancipation des peuples, la lutte contre l’obscurantisme, l’éducation, la culture. Pas le business et un pourcentage de déficits», résume un ténor socialiste. Les attaques de janvier valent à François Hollande une salle comble et un hommage appuyé de Karl Schwab, le fondateur du Forum économique mondial de Davos, qui s’est dit «impressionné»non seulement par l’ampleur des marches du 11 janvier, mais aussi par le Conseil stratégique de l’attractivité lancé par son hôte.
Selon le président Hollande, personne n’est à l’abri du terrorisme, ni les Etats ni les entreprises. Il demande au monde de la finance de balayer devant sa porte et de «couper»les sources de financement du terrorisme.
Sont particulièrement visés les paradis fiscaux, les «circuits financiers illicites»,«une finance trop grise, des mouvements de capitaux pas régulés, des pays qui s’organisent pour accueillir des placements faussant la concurrence». «Ne laissez pas agir aujourd’hui une bête qui vous frappera aussi le moment venu», assène le Président, en chef de guerre économique, usant de la première personne du pluriel. «Nous n’avons qu’un seul but, la sécurité et le développement, c’est-à-dire une seule mission : sauvegarder, protéger et transmettre la planète.»

Discours démagogique ou voeux pieux ?

On peut légitimement s’interroger sur la sincérité du discours de François Hollande à Davos après avoir vu les dirigeants du Qatar et l’Arabie Saoudite marcher à ses côtés lors de la marche républicaine du 11 janvier.
Qu’attend le gouvernement pour geler les avoirs des pays qui financent le terrorisme à commencer par le Qatar ?
Laurent Fabius a pris les devants de cette interrogation légitime afin de protéger le Qatar en osant mentir quant il a affirmé que le Qatar ne finançait pas le terrorisme ce qui n’est un secret pour personne.

Le Qatar, le Koweit et l’Arabie Saoudite financent le terrorisme

Louis Caprioli, ancien sous-directeur de la lutte contre le terrorisme à la DST,  déclarait déjà en 2012 « Des Français vont en Tunisie s’entraîner dans des camps djihadistes tunisiens financés par le Qatar, ou en Libye, notamment dans la région de Derna, où des gens s’entraînent avant d’aller faire le djihad en Syrie.« 
« On n’ose pas parler de l’Arabie saoudite et du Qatar, mais il faudrait peut-être aussi que ces braves gens cessent d’alimenter de leurs fonds un certain nombre d’actions préoccupantes.« 
François Hollande ne peut ignorer que le 4 mars 2014, David Cohen, sous-ministre des Finances pour le terrorisme et le renseignement financier, a publiquement constaté que le Qatar et le Koweït laissent opérer sur leur territoire les collecteurs de fonds du terrorisme.
Que le 30 septembre 2014, dans la revue de référence « Foreign Policy », un article d’investigation d’Elizabeth Dickinson expose qu’en Syrie, le Qatar a directement financé les combattants islamistes parmi les plus radicaux jusqu’en 2013 ; et depuis 2013, il sous-traite ce financement.
Le président Hollande sait parfaitement que le Qatar finance directement le Hamas, ce dont il ne s’est jamais caché. Or le Hamas est une organisation reconnue comme terroriste par l’Union Européenne.

Pourquoi ne pas geler leurs avoirs ?

Alors que la France participe aux sanctions économiques contre la Russie pour son soutien aux rebelles pro-russe en Ukraine, il est temps de se demander pourquoi tant de complaisance avec ces pays arabes salafistes soutenant les principales organisations terroristes islamistes.
François Hollande n’a pas initié cette politique pro-Qatar. C’est bien Nicolas Sarkozy qui est allé chercher les capitaux qataris pour faire face à la crise des subprimes en 2008 fermant les yeux au passage à l’absence de respect des droits de l’homme de ce pays ainsi qu’à sa participation au financement du terrorisme.
C’est également sous la présidence Sarkozy que la France a laissé les capitaux qataris racheter des pans entiers de notre économie…

Double standard moral ou léchage de babouches à des fins pétrolières ?

Les deux certainement. La fameuse « raison d’Etat » a conduit la France à se soumettre au dictât des pays arabes depuis plus de 40 ans au nom de « la politique arabe de la France ». Et au nom de cette fameuse politique arabe, la France, donneuse de leçon morale à l’ensemble de la planète, ferme les yeux sur ces régimes totalitaires qui financent le terrorisme.
La soumission au pétrole des pays du Golfe a conduit à un faux aveuglement sur la réalité de ces pays, sur leur soutien au terrorisme. Une politique pro-arabe de l’autruche honteuse pour le pays qui se vante d’être celui « des Droits de l’Homme », parfaitement décrite par Bat Ye’or dans son livre « Eurabia: l’axe euro-arabe » ou encore dans « l’Europe et le spectre du Califat« .
Or la dépendance de la France, choisie depuis 40 ans, au pétrole des pays du Golfe pourrait très bien cesser par une volonté politique.
En effet, les USA se sont lancés dans l’extraction massive du gaz de schiste ce qui a conduit à un effondrement du prix du baril.
Alors pourquoi continuer à se soumettre aux volontés des pays salafistes qui financent le terrorisme en période de surproduction pétrolière ?
Avant d’exhorter le monde de la finance de stopper le financement du terrorisme, la France, si elle veut être crédible, devrait enfin montrer l’exemple et geler les avoirs des pays du Golfe à commencer par le Qatar

Russia Boast of Its Nuclear Capabilities

As Russia’s economy crumbles under the stress of sanctions it reminds the World of what made them a force to be reckoned with. In a recent article in the Moscow times followed by that of the warning from former Russian Prime Minister Mikhail Gorbachev, Russia warns that it has the power to turn the tables. This may not be just an idol threat either, we so nowhere that President Putin apologizes for his leaders making such boast. In-fact the President of Russian remains eerily silent why The United States plans for yet another round of crippling sanctions against Russia. One most wonder just how long will this Russian bear take such threats especially after coming out of such a long hibernation. Anyone that knows bears know that they are extremely hungry come spring and when food is scarce a hungry bear will eat most anything that gets in its way.

L'EI chassé de Kobané, les Kurdes de Syrie en liesse

Une atmosphère de liesse régnait lundi dans les régions kurdes de Syrie après l'éviction du groupe djihadiste Etat islamique (EI) de la ville de Kobané, sa défaite la plus cuisante en Syrie.

Cet échec intervient le jour même où un responsable militaire en Irak annonçait que la province de Diyala, dans l'est du pays, était libérée du groupe extrémiste.

"Kobané libéré, félicitations à l'Humanité, au Kurdistan et au peuple de Kobané", a tweeté dans l'après-midi Polat Can, un porte-parole des YPG (Unités de protection du peuple kurde), la milice qui défend la ville.

Plus tôt, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait affirmé que les Kurdes contrôlaient "totalement" Kobané, cette petite ville frontalière de la Turquie devenue le symbole de la résistance à l'EI depuis que les djihadistes y ont lancé un vaste assaut le 16 septembre.

Dans les régions à majorité kurdes en Syrie, des foules sont descendues dans les rues pour célébrer cette victoire, certains dansant, d'autres tirant en l'air en signe de joie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les djihadistes en fuite

Les YPG "ont chassé tous les combattants de l'EI", a précisé l'OSDH qui dispose d'un large réseau en Syrie.

"Il n'y a plus de combats dans la ville et les djihadistes se sont repliés dans les environs de Kobané", a précisé son directeur Rami Abdel Rahmane à l'AFP.

Cette victoire annoncée à Kobané (Aïn al-Arab en arabe) fait suite à plus de quatre mois de violents combats menés par les forces kurdes avec le soutien prépondérant des frappes quotidiennes de la coalition internationale.

Mustefa Ebdi, militant kurde de Kobané, a affirmé à l'AFP que "toute Kobané a été libérée" et que les "combats ont cessé".

D'après lui, la bataille visait désormais à "libérer les environs de la ville", où l'EI contrôle encore plusieurs dizaines de villages.

A l'extrémité est de la ville, les forces kurdes avançaient "prudemment (...) par peur des mines et des voitures piégées", selon le militant. "Des combattants de l'EI ont été vus en train fuir sur des mobylettes de Maqtala, ils n'ont opposé aucune résistance".

Les combats ont fait plus de 1.600 morts, dont plus de 1.000 dans les rangs djihadistes depuis la mi-septembre, selon un nouveau bilan de l'OSDH.

Le revers à Kobané porte un coup d'arrêt à l'expansion territoriale que l'EI mène en Syrie depuis son apparition dans le conflit en 2013, estiment des experts.

"C'est un coup dur pour l'EI et ses projets" d'expansion. "Malgré toutes leurs armes sophistiqués et leurs combattants, ils n'ont pas pu prendre la ville", a souligné Mutlu Civiroglu, spécialiste de la question kurde basé à Washington.

Les forces kurdes, au départ sous-équipés, ont réussi à prendre l'avantage grâce à l'appui crucial de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui a fait de Kobané une priorité depuis le début des frappes aériennes en Syrie le 23 septembre.

Dix-sept frappes y ont été encore menées entre dimanche soir et lundi matin sur des positions des djihadistes, selon le Commandement de la coalition.

L'EI chassé de Diyala

En Irak, les forces armées sont en contrôle total de toutes les villes, districts et cantons de la province de Diyala, dans l'est, a indiqué le général Abdelamir al-Zaïdi.

Grâce à la campagne de frappes qu'elle mène depuis août, la coalition estime avoir stoppé l'avancée de l'EI en Irak, mais les djihadistes conservent pour l'instant l'essentiel de leurs positions, notamment Mossoul, la deuxième ville du pays.

Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a dénoncé dans un entretien à une revue américaine le plan des Etats-Unis d'entraîner ses ennemis rebelles pour combattre l'EI, estimant qu'il s'agissait d'une chimère.

Pour Assad, ces rebelles sont une force "illégale" et seront traités par l'armée comme les autres insurgés, qualifiés de "terroristes" depuis le début de la révolte en 2011 contre son régime.

Washington, qui soutient l'opposition syrienne depuis le début de la révolte il y a quatre ans, entend former au Qatar, en Arabie saoudite et en Turquie plus de 5.000 rebelles triés sur le volet afin de combattre l'EI.​

dimanche 25 janvier 2015

Op-Ed: Abandonment of Jews is Blowin' in the Western Wind



Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu will speak to the Congress of the United States for the third time. Winston Churchill is the only other foreign leader to speak three times on Capitol Hill. President Obama and Secretary of State Kerry will return the favor by refusing to meet Netanyahu during his trip.
Between Bibi and Barack reigns pure contempt. George Will, the Washington Post columnist, called Netanyahu "the anti Obama", the nemesis of the American president. The Israeli daily Maariv commented on the way the Obama Administration consistently receives the delegation from Jerusalem: "There is no exercise in humiliation that Americans have not tried with the prime minister and his entourage. Bibi received in the White House the same treatment of the president of Equatorial Guinea". 
"A pain in the a..." is the way Obama describes Netanyahu. Obama has been photographed with shoes on the table in the Oval Office while on the phone with Netanyahu to reprimand him on the building of a few houses for "the settlers". When Obama visited Israel, two years ago, he embraced President Peres, but he only shook hands with Netanyahu. The expert on body language, Tonya Reiman, said that Obama shows "contempt in his eyes" for Netanyahu.
And during a previous visit of Netanyahu in Washington, the Israeli prime minister refused to capitulate to the White House's request to resume the negotiation process with the Palestinian Arabs. Obama stood up and said: "I am going to dinner with Michelle and the girls."
But this human contempt also reveals strategic political implications. No other country is interested in protecting the right of existence of Israel like the United States, which often blocks anti-Israel resolutions at the Security Council of the United Nations. The Israel-America axis dominated the international scene from 1948 to today. Yet, neo-isolationist Obama seems to see Israel as an asset no more, but as a problem to be managed or resolved.
There is a crisis between the European Diaspora and Israel as well. The leaders of the French Jewish community, terrified by the massacre at the kosher supermarket and other horrendous cases of Judeophobia, didn't like the invitation offered by Netanyahu to emigrate to Israel, to close the bracket of "exile" in Europe, the "galut".
In the Wall Street Journal, Bret Stephens writes that "it is time to pack bags for French Jews." It's true, Israel will benefit from this new wave of alyah. But Jerusalem will also lose a pillar in its relationship with Europe, the presence of strong Jewish communities in a continent where anti-Semitism has had a facelift.

Europe is seriously plagued by Israelophobia.  The former Dutch Minister of Economy Herman Heinsbroek just gave an interview in which he argued that it would be good to move the Jews from Israel to the United States: "It was a historical mistake to give the Jews a state in the midst of Islam". This is also the opinion of the European majority. 
When the German Academic August Rohling, towards the end of the nineteenth century, said that the Jews had to be given civil rights but that it was necessary to ban them from political life, he helped to set the scene for future, atrocious persecutions. Today the West is trying to do the same with the abandonment of Israel. A few days ago the Jewish state disappeared from the maps of Harper Collins, the largest publishing house in the English language in the world.
 
The progressive isolation of Israel in international forums has meant that the culture of rights founded by Judaism is now used against the Jews, from the Geneva Convention to the charges of "crimes against humanity". The International Court of Justice has just opened an inquiry that could drag Israel in the dock.
The proverbial slowness and myopia of Dutch judges vanishes as soon as it comes to the Jewish state (the court has already condemned Jerusalem for having built a wall of defense against terrorist attacks). In March, William Schabas will present the long-awaited UN report on the Gaza war. It will not be a nice report for Israel. 
Meanwhile, the terrorists of Hamas, no longer blacklisted by the European Union, can claim the "heroic" stabbings of Jewish commuters in Tel Aviv.
If this trend continues, in a few years the Jewish state will be treated as a "rogue state". Like North Korea. The poison of hatred is circulating in this international resentment.
Everywhere in the West the reality of the Jewish state has been obfuscated, waiting for the disappearance of this vulnerable enclave seen as a mere accident of history.

samedi 24 janvier 2015

Bernard-Henri Lévy aux Nations Unies sur l’antisémitisme

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs.
Monsieur le Président et Monsieur le Secrétaire Général.
Mesdames et Messieurs les Ministres.
Ce n’est pas souvent qu’il revient à un philosophe de s’exprimer dans cette enceinte.
C’est l’une des première fois (Elie Wiesel, Jiddu Krishnamuti il y a trente ans…) qu’il est demandé à un ecrivain de se tenir ici, à cette tribune où ont retenti tant de grandes voix et où la cause de la paix et de la fraternité entre les hommes a connu quelques-unes de ses plus belles et nobles avancées.
Et c’est pour moi, croyez-le, une vive émotion et un honneur immense.
​​​​​Si vous m’avez invité, ce matin, ce n’est pourtant pas pour chanter l’honneur et la grandeur de l’humanité – mais c’est pour pleurer, hélas, les progrès de cette inhumanité radicale, de cette bassesse, qui s’appelle l’antisémitisme.
Bruxelles où l’on s’en est pris, il y a quelques mois, à la mémoire juive et à ses gardiens.
Paris où l’on a réentendu l’infâme cri de « Mort aux Juifs » et où, il y a quelques jours, l’on a tué des dessinateurs parce qu’ils dessinaient, des policiers parce qu’ils faisaient la police et des juifs parce qu’ils faisaient leurs courses et qu’ils étaient juste juifs.
D’autres capitales, beaucoup d’autres, en Europe et hors d’Europe, où la réprobation des juifs est en train de redevenir le mot de passe d’une nouvelle secte d’assassins – à moins que ce ne soit la même, dans de nouveaux habits.
Votre Maison s’est édifiée contre cela.
Votre Assemblée avait la sainte tâche de conjurer le réveil de ces spectres.
Mais non, les spectres sont de retour – et c’est pour cela que nous sommes ici.
​​​​​Sur ce fléau, sur ses causes et sur les moyens d’y résister, je veux d’abord, Mesdames et Messieurs, Monsieur le Secrétaire Général, Monsieur le President, réfuter un certain nombre d’analyses courantes qui ne sont faites, j’en ai peur, que pour nous empêcher de regarder le mal en face.
Il n’est pas vrai, par exemple, que l’antisémitisme soit une variété parmi d’autres du racisme. Les deux doivent être combattus, bien sûr, avec une détermination égale. Mais l’on ne combat bien que ce que l’on comprend. Et il faut comprendre que, si le raciste hait dans l’Autre son altérité visible, l’antisémite en a, lui, après son invisible différence – et, de cette prise de conscience, va dépendre la nature des stratégies que l’on pourra et devra mettre en œuvre.
Il n’est pas vrai non plus que l’antisémitisme d’aujourd’hui ait, comme on l’entend partout, et en particulier aux Etats-Unis, ses sources principales dans le monde arabomusulman. Dans mon pays, par exemple, il a une double source et comme un double bind. D’un côté, c’est vrai, les enfants d’un islamisme radical devenu l’opium le plus toxique des territoires perdus de la République. Mais, de l’autre, cette vieille bête française qui, depuis l’affaire Dreyfus et Vichy, n’a jamais dormi que d’un œil et qui fait finalement bon ménage avec la bête islamofasciste.
Et il n’est pas exact enfin que la politique de tel ou tel Etat, je veux évidemment parler de l’Etat d’Israël, produise cet antisémitisme comme la nuée l’orage. J’ai connu des capitales, en Europe, où la destruction des juifs a été quasi totale et où l’antisémitisme est pourtant maximal. J’en ai connu d’autres, plus lointaines, où il n’y a jamais eu de juifs du tout et où le nom juif est pourtant synonyme de celui du Diable. Et j’affirme ici qu’Israël serait-il exemplaire, serait-il la patrie d’un peuple d’anges, reconnaitrait-il au peuple palestinien l’Etat auquel il a droit, que la plus ancienne des haines ne baisserait, malheureusement, pas d’un ton.
​​​​​Pour comprendre comment fonctionne l’antisémitisme d’aujourd’hui, il faut, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, donner congé à ces clichés et entendre la façon dont il s’exprime et se justifie.
Car jamais, au fond, les hommes ne se sont contentés de dire : « voilà, c’est comme ça, nous sommes de méchants hommes et nous haïssons les pauvres juifs ».
Non.
Ils ont dit : « nous les haïssons parce qu’ils ont, eux, tué le Christ » – et c’était l’antisémitisme chrétien.
Ils ont dit : « nous les haïssons parce qu’ils l’ont, au contraire, en produisant le monothéisme, inventé » – et c’était l’antisémitisme de l’âge des Lumières qui voulait en finir avec toutes les religions.
Ils ont dit : « nous les haïssons parce qu’ils sont d’une autre espèce, reconnaissables à des traits de nature qui n’appartiennent qu’à eux et qui corrompent, polluent, les autres natures » – et c’était l’antisémitisme raciste, contemporain de la naissance des sciences modernes de la vie.
Ils ont encore dit : « nous n’avons rien contre les juifs en soi ; non, non, vraiment rien ; et nous nous moquons d’ailleurs de savoir s’ils ont tué ou vu naître le Christ, s’ils forment ou non une race à part, etc ; notre problème, notre seul problème, c’est qu’ils sont d’horribles ploutocrates, acharnés à dominer le monde et à opprimer les humbles et les petits » – et c’était, dans toute l’Europe, ce socialisme des imbéciles qui infecta le mouvement ouvrier au début du XX° siècle et au delà.
Aujourd’hui, aucune de ces rhétoriques ne fonctionne plus.
Pour des raisons qui tiennent à l’histoire du dernier siècle, il n’y a plus que des minorités de femmes et d’hommes pour ne pas voir qu’elles ont toutes débouché sur des massacres abominables.
Et, pour que le vieux virus reparte à l’assaut des têtes, pour qu’il lui soit de nouveau possible d’enflammer de vastes foules, pour que des hommes et des femmes puissent, en grand nombre, et ce qu’à Dieu ne plaise, recommencer de haïr en toute bonne conscience ou croire, si l’on préfère, qu’il existe de justes raisons de s’en prendre aux juifs, il faut un argumentaire nouveau que l’Histoire universelle n’ait pas eu le temps de déconsidérer.
​​​​​L’antisémitisme d’aujourd’hui dit, en réalité, trois choses.
Il ne peut opérer sur grande échelle que s’il parvient à proférer et articuler trois énoncés honteux, mais inédits, et que le XX° siècle n’a pas disqualifiés.
Les juifs seraient haïssables parce qu’ils soutiendraient un mauvais Etat, illégitime et assassin – c’est le délire antisioniste des adversaires sans merci du rétablissement des Juifs dans leur foyer historique.
Les juifs seraient d’autant plus haïssables qu’ils fonderaient leur Israël aimé sur une souffrance imaginaire ou, tout au moins, exagérée – c’est l’ignoble, l’atroce déni de la Shoah.
Ils commettraient enfin, ce faisant, un troisième et dernier crime qui les rendrait plus détestables encore et qui consisterait, en nous entretenant inlassablement de la mémoire de leurs morts, à étouffer les autres mémoires, à faire taire les autres morts, à éclipser les autres martyres qui endeuillent le monde d’aujourd’hui et dont le plus emblématique serait celui des Palestiniens – et l’on est, là, au plus près decette imbécillité, de cette lèpre, qui s’appelle la compétition des victimes.
L’antisémitisme nouveau a besoin de ces trois énoncés.
C’est comme une bombe atomique morale qui aurait là ses trois composants.
Chacun, pris séparément, suffirait à discréditer un peuple redevenu objet d’opprobre ; mais qu’ils viennent à s’additionner, que les composants se composent, que les trois fils entrent en contact et parviennent à former un nœud ou une tresse – et l’on est à peu près sûr d’assister à une déflagration dont tous les juifs, partout, seront les cibles désignées.
Car quel vilain peuple que celui dont on aurait insinué qu’il est capable de ces trois crimes !
Quel hideux portrait que celui d’une communauté de femmes et d’hommes accusés de trafiquer ce qu’ils ont de plus sacré, à savoir la mémoire de leurs morts, pour légitimer un Etat illégitime et intimer silence aux autres souffrants de la planète !
L’antisémitisme moderne c’est cela.
L’antisémitisme ne renaîtra sur grande échelle que s’il parvient à imposer ce tableau insensé et ignoble.
Il sera antisioniste, négationniste, carburant à l’imbécile compétition des douleurs – ou il ne sera pas : c’est d’une cohérence imparable ; c’est d’une détestable, méprisable mais infaillible logique.
Reconnaître cela, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Monsieur le Secrétaire Général, Monsieur le Président, c’est commencer de voir, symétriquement, ce qu’il vous revient de faire pour lutter contre cette calamité.
Imaginons une Assemblée Générale des Nations Unies où Israël aurait sa place, toute sa place, celle d’un pays comme les autres, ni plus ni moins fautif que d’autres, soumis aux mêmes devoirs mais aussi aux mêmes droits– et imaginons qu’on lui rende justice en lui reconnaissant, au passage, d’être ce qu’il est vraiment : une authentique, solide et vaillante démocratie.
Imaginons une Assemblée Générale des Nations Unies qui, fidèle à son pacte fondateur, se ferait la gardienne sourcilleuse de la mémoire du pire génocide jamais conçu depuis qu’il y a des hommes – imaginons que cette année 2015 voie se tenir, sous votre égide et avec l’aide des plus hautes sommités scientifiques mondiales, la plus complète, la plus exhaustive, la plus définitive des conférences jamais réunie sur la tentative de destruction des Juifs.
Et puis rêvons, quelque part entre New York, Genève, ou Jérusalem, d’une deuxième conférence consacrée, elle, à toutes les guerres oubliées qui endeuillent les terres habitées mais dont on ne parle jamais car elles n’entrent pas dans le cadre des blocs, ou des groupes, entre lesquels vous vous partagez – et rêvons que cette seconde conférence, ce Sommet des damnés, prenant le contre-pied du sot et monstrueux préjugé voulant qu’il n’y ait de place dans un cœur que pour une seule et unique compassion, révèle ce qui fut la vraie vérité des décennies écoulées : c’est quand on avait la Shoah au cœur que l’on voyait tout de suite l’horreur de la purification ethnique en Bosnie ; c’est quand on avait en tête cet étalon de l’inhumain que fut le massacre planifié des juifs d’Europe que l’on comprenait sans tarderce qui se passait au Rwanda ou au Darfour ; bref, loin de nous rendre aveugles aux tourments des autres peuples, la volonté de ne rien oublier du tourment du peuple juif est ce qui rend saillante, évidente, l’immense affliction des Burundais, des Angolais, des Zaïrois, j’en passe.
En adoptant ce programme, vous lutterez contre l’antisémitisme réel.
En réhabilitant cet Israël que votre Assemblée a porté sur les fonts baptismaux il y a presque 70 ans, en usant de votre autorité pour faire taire, une bonne fois, les crétins négationnistes et en vous portant, troisièmement, au secours de ces nouveaux damnés de la terre immolés sur l’autel de l’idéologie antisioniste, vous déconstruirez un à un chacun des composants du nouvel antisémitisme.
Mais vous défendrez en même temps, et dans le même mouvement, la cause de l’humanité.
​​​Je ne serais pas là, Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, si je ne pensais pas que cette enceinte soit l’un des seuls lieux au monde, peut-être le seul, où puisse s’orchestrer cette solidarité des ébranlés dont parlait le grand philosophe tchèque Jan Patocka et qui aura été le fil de ma vie.
Quand, dans mon pays, les plus hautes autorités de l’Etat disent : « la France sans ses juifs ne serait plus la France », elles dressent une digue contre l’infamie.
Mais quand, dans ce même pays, on a vu un quart d’entre vous, un chef d’Etat et de gouvernement sur quatre, venir marcher à nos côtés pour dire « je suis Charlie, je suis policier, je suis juif », ce fut une raison d’espérer que l’on n’attendait plus.
Et votre présence même, ici, ce matin, votre volonté de rendre cet événement possible et, peut-être, mémorable, attestent que c’est sur tous les continents, dans toutes les cultures et toutes les civilisations, que l’on commence de prendre conscience que la lutte contre l’antisémitisme est une obligation pour tous – et c’est là une belle et grande nouvelle.
Quand on frappe un juif, disait un autre écrivain, c’est l’humanité qu’on jette à terre.
Quand on s’en prend aux Juifs, insista un antinazi de la première heure, c’est comme une première ligne enfoncée sous une invisible mitraille qui frappera ensuite, de proche en proche, le reste des humains.
Un monde sans juifs, non, ne serait plus un monde – un monde où les juifs recommenceraient d’être les boucs émissaires de toutes les peurs et de toutes les frustrations des peuples serait un monde où les hommes libres respireraient moins bien et où les asservis seraient plus asservis encore.
A vous, maintenant, de prendre la parole et d’agir.
A vous, qui êtes les visages du monde, d’être les architectes d’une maison où la mère de toutes les haines verrait sa place amenuisée.
Puissiez-vous, dans un an, et l’année suivante, et toutes les autres encore, vous retrouver pour constater que votre mobilisation d’aujourd’hui n’est pas vaine et que la Bête peut reculer​. »

Obama Will Not Attend 70th Anniversary of Auschwitz Liberation

Treasury Secretary Jack Lew will represent the United States at the 70th anniversary ceremony for the liberation of the Auschwitz concentration camp on Tuesday—rather than President Barack Obama or Vice President Joe Biden—while other countries are slated to send their heads of state.
Tuesday’s ceremony will likely be the last major anniversary where a significant number of survivors of the Nazi camp are present. About 300 are expected to attend, and most of them are in their 90s or older than 100. Nazi authorities killed 1.1 million people at the camp, mostly Jews, which was liberated by the Soviet army in January 1945.
The New York Times reported on the foreign dignitaries that would be present:
A preliminary list of those attending includes President François Hollande of France, President Joachim Gauck of Germany and President Heinz Fischer of Austria, as well as King Philippe of Belgium, King Willem-Alexander of the Netherlands and Crown Prince Frederik of Denmark. The United States delegation will be led by Treasury Secretary Jacob J. Lew.
President Vladimir V. Putin of Russia said he would not attend because his schedule was too crowded and because he had not received an invitation. Museum officials said no head of state had received one. Mr. Putin had attended the 60th anniversary ceremony in 2005 — it was Soviet troops, after all, who liberated the camp in 1945 — but relations between Russia and Poland have soured over the conflict in Ukraine.
British Prime Minister David Cameron visited the camp last month and toured it with the state museum director.
Bernadette Meehan, National Security Council spokeswoman, said in an email that, “President Obama will be in India, on a long-scheduled trip.”
The Obama administration faced a barrage of criticism earlier this month when it declined to send Obama or Secretary of State John Kerry to a march in Paris expressing solidarity with the victims of the Charlie Hebdo terrorist attack. The heads of Great Britain, Germany, and Israel all attended.

vendredi 23 janvier 2015

France: d’anciens militaires parmi les jihadistes français

France

Terrorisme Défense France Irak Syrie EI al-Qaïda

France: d’anciens militaires parmi les jihadistes français

media Des membres du groupe rebelle Jabat al-Nosra à Deir Ezzor, le 5 février 2014. 

C’est une information RFI. Une dizaine d'anciens militaires français sont aujourd'hui au combat sous une bannière jihadiste en Syrie en Irak. Ce matin en conférence de presse, Jean-Yves Le Drian confirme cette information RFI et parle de cas «extrêmement rares».
Une dizaine d'anciens militaires français sont aujourd'hui au combat sous une bannière jihadiste en Syrie et en Irak et la plupart combattent actuellement dans les rangs du groupe Etat islamique. L'un d'eux a d'ailleurs mis ses compétences militaires acquises sous le drapeau français au service d'un encadrement de jeunes jihadistes français. Il est en effet actuellement émir d'un groupe de Français dans la région de Deir Ezzor où il commande un groupe d'une dizaine de combattants français qu'il a formé au combat.
D'autres sont experts en explosifs, il s'agit de jeunes d'une vingtaine d'années. Certains sont convertis, d'autres issus de culture arabo-musulmane. Et parmi eux, il y a des anciens de la Légion étrangère ou d'anciens parachutistes. Certains de ces jihadistes ont eux-mêmes annoncé être d'anciens soldats français sur les réseaux sociaux. Ce mercredi matin, l'armée confirme l'existence de ces cas « très rares » au sein de l'armée.
Des individus évidemment plus dangereux que les autres puisqu'ils ont été formés en France. Ils connaissent les secrets de l'armée et ils font planer la crainte d'un attentat de type Fort Hood aux Etats-Unis lorsqu'en 2009, un soldat américain proche d'al-Qaïda avait ouvert le feu sur ses camarades qui partaient pour l'Afghanistan. Treize soldats américains avaient été tués dans cet attentat.

ISIS in Gaza

Palestinians in Gaza not only show support for Islamic State and for terror attacks in France and elsewhere; they also act on ISIS’s behalf.
ISIS terrorists on the march. (Photo: Dabiq)
ISIS terrorists on the march. (Photo: Dabiq)
Palestinians in the Gaza Strip held a rally on Monday in support of Islamic State (IS or ISIS) as well as for the recent Islamic terror attacks in France.
“Today, we are telling France and world countries that while Islam orders us to respect all religions, it also orders us to punish and kill those who assault and offend Islam’s Prophet Mohammed,” Abu Abdallah al-Makdissi, one of the protestors, told Reuters.
Dozens of Hamas police were deployed at the rally and outside the gates of the French cultural center, where the demonstrators gathered after burning French flags.
The center has been targeted by ISIS terror attacks in the past. For instance, the Islamic terror organization took responsibility for the bombing of the center in Gaza City on December 12.
The demonstrators on Monday reportedly carried posters of the terrorists who carried out the Charlie Hebdo massacre and the attack at the Hyper Cacher supermarket in Paris that left four Jews dead.
Chanting slogans reminiscent of ISIS threats, the demonstrators shouted, “you have to await more heroes of Islam, you worshipers of the Cross.”
Reuters reports that many of demonstrators were wearing uniforms similar to the all-black garb worn by ISIS terrorists, and they identified themselves as supporters of various jihadist (Islamic armed struggle) factions.
Towards the end of the rally, scuffles broke out between demonstrators and police, who fired into the air to disperse the protest, Reuters reports.

Broad Support for ISIS in Gaza

ISIS terrorists in Gaza. (Photo: ISIS YouTube video)
ISIS terrorists in Gaza. (Photo: ISIS YouTube video)
ISIS receives comparatively broad support among Palestinian Arabs. A recent survey found that among Arabs in the Middle East, Palestinians show the most support for ISIS. Nearly a quarter (24 percent) of Palestinians look favorably upon ISIS. Even those Palestinians with negative views of ISIS are less negative than those in other Arab groups.
Palestinians in Gaza have also joined ISIS in Syria, some of whom died fighting there.
Another recent report shows that hundreds of Palestinian terrorists are abandoning the Hamas terror organization, which they deem too moderate, for ISIS cells operating against Israel.
Tell our leaders that we demand they fight ISIS alongside trusted allies that share our values. Iran, Syria, Hamas, Hezbollah and those who support terrorism are the enemy.

jeudi 22 janvier 2015

donated

Assalam and Development association, a ONG charity operates through grants and donations from people like you. If everyone reading this was donating a few dollars, we could financed our work for the coming year.

15 § 10 § 5 § donate
name of bank : banque populaire
N° bank account of the association

164640212144948474000558
city : tangier
country : Morocco

Iran : la TV israélienne montre un missile capable d’aller « au-delà de l’Europe »

Une image satellite diffusée par la Deuxième chaîne le 21 Janvier 2015, montre un missile à longue portée iranien sur une rampe de lancement en dehors de Téhéran. (Crédit : capture d'écran de la Deuxième chaîne)
Une image satellite diffusée par la Deuxième chaîne le 21 Janvier 2015, montre un missile à longue portée iranien sur une rampe de lancement en dehors de Téhéran. (Crédit : capture d'écran de la Deuxième chaîne)


L’Iran a construit un missile mesurant 27 mètres de long et capable de transporter une ogive allant « bien au-delà de l’Europe » et l’a placé sur une rampe de lancement sur un site situé près de Téhéran, a indiqué mercredi un reportage de la télévision israélienne, montrant ainsi, ce qui serait, la première des images satellites du missile jamais vu en Occident.
Le reportage a souligné que le missile pourrait être utilisé pour lancer un engin spatial ou des satellites, mais aussi pour transporter des ogives.
Le reportage diffusé par la Deuxième chaîne a montré des images satellites illustrant un « très rapide progrès » de l’Iran dans la fabrication de missiles à longue portée.
Le programme de la Deuxième chaîne a montré une photographie d’un site situé près de Téhéran, que l’Occident connaît depuis deux ans, et où l’Iran travaille sur les moteurs pour ses missiles à longue portée.
Le missile est capable de supporter un vaisseau spatial habité ou un satellite, indique le rapport de télévision.
Il est également capable de transporter une ogive, conventionnelle ou non, « bien au-delà de l’Europe, » a ajouté le rapport.
La chaîne a déclaré que les images satellites ont été prises par le satellite d’observation de la Terre Eros B commerciale, lancé en 2006, qui a été conçu et fabriqué par l’Agence spatiale d’Israël, et appartenant à la compagnie israélienne ImageSat International.
Israël met en garde depuis longtemps contre l’Iran et son programme nucléaire.

Preacher Indicted for 'Slaughter Jews' Speech on Temple Mount

The Jerusalem district attorney on Wednesday submitted an indictment at the local magistrates court against Muslim preacher Omar Abu Saara, who called to "slaughter" Jews in a speech on the Temple Mount, the holiest site in Judaism.
Abu Saara is a 49-year-old living in eastern Jerusalem, and last November 28 he said in a speech before Muslims at the Al-Kabali Mosque "I say to the Jews explicitly, the time has come to slaughter you" - a point he repeated numerous times to thunderous calls of support.
The hateful preacher was charged with several other charges related to incitement and racism, aside from the central charge of incitement to violence.
"The time has come to go to war with you, the time has come to kill you. And we, with God’s help, will destroy you," said Abu Saara in his tirade calling for murderous violence against Jews.
Attorney General Yehuda Weinstein himself approved the indictment, with the state asking to remand Abu Saara to at least partial terms of detention.
In his speech, the preacher added "we, the Muslims, the correct ones, the faithful and the soldiers of the Islamic caliphate, will arrive to the land to free it from your soiling, and today this is close by."
"So go on and do what you want for now," he said addressing the Jewish state of Israel. "Now you have the power."
According to the indictment, Abu Saara had the inciting speech recorded and uploaded to YouTube the next day to further spread his incitement.

mercredi 21 janvier 2015

Tel Aviv Terror


A terrorist stabbing attack took place Wednesday morning on a bus in central Tel Aviv, on Begin Road, near Beit Maariv. The terrorist in an Arab man, reportedly from Samaria.
Up to 12 people were reported wounded in the stabbing, with 17 receiving treatment from Magen David Adom (MDA).
According to hospital sources cited by AFP, at least 12 people were wounded in the attack, including three who were in serious condition, four in moderate condition and five who sustained light injuries. Another seven people were treated for shock
The wounded were taken to Ichilov and Tel Hashomer hospitals. An eyewitness told IDF Radio that two of the wounded were very seriously hurt, having been stabbed "in the brain (and) in the neck."
He said that some of the wounded got away from the bus and advanced about 100 or 150 meters before collapsing

The stabbing rampage took place inside the #40 line bus. The terrorist reportedly stabbed the driver first, and this prevented the driver from opening the bus's doors to let the passengers escape. The doors were reportedly opened by one of the passengers.
He then got off the bus and was chased by police on Hamasger Street.
According to police, a team from the Israel Prisons Service's elite Nachshon unit happened to be driving behind the bus when the attack took place. The officers got off the car and gave chase to the terrorist, shot him in the leg and arrested him.
He is reportedly 23 years old and a resident of Tulkarem in Samaria, who was in Israel illegally.

mardi 20 janvier 2015

Iran And Hezbollah Planning Joint Invasion Of Northern Israel

Iran on Monday promised that Hezbollah would deliver “crushing response” to the Israeli attack over the weekend, which killed six Iranian agents, including a top-level commander, and five Hezbollah members.

Iran and Hezbollah were planning an invasion of Northern Israel, right up to the moment that their combined task force of high-ranking generals and senior leaders were blown to pieces by a surgically-timed missile strike by the IAF on the car they were riding in. When it was over, 11 militants were dead and the plan to invade Israel effectively stopped. For now.
The Israeli strike came just days after Hezbollah leader Hassan Nasrallah declared that the terror group was preparing for a war in Israel’s northern Galilee region.
iran-hezbollah-planning-joint-invastion-of-northern-israel
It also occurred just a week after Iranian military leaders announced that they are operating missile sites in Syria, which potentially include a nuclear facility.
Senior Iranian and Hezbollah commanders were likely planning a sophisticated invasion of Israel’s northern border in the weeks before they were killed by an Israeli airstrike over the weekend, according to Major General Eyal Ben Reuven, the former deputy head of the Israeli Defense Forces Northern Command.
The accuracy of Israel’s strike and the high-level nature of those Iranian and Hezbollah commanders killed indicates planning for a militant incursion into Israel’s northern region, according to Reuven, who said the airstrike shows a “very high level of intelligence” on Israel’s part.
The high-level nature of the Iranian and Hezbollah operatives targeted by Israel suggests that an attack on Israel was imminent, according to Reuven, who handled top intelligence in the region during his time serving in the IDF.
“If the highest level of Hezbollah commanders were in the Golan Heights and the high level of Iranians, it means that their idea, [what] they’re planning could be a kind of operation, an act against Israel on a high level,” Reuven said during a conference call Monday organized by the Israel Project (TIP). “It’s significant, the high level of this meeting, of this reconnaissance of the Iranians and Hezbollah.”
“It says something about what they plan, what kind of operation they planned,” he added. “If Israel has intelligence that says there is a kind of operation on the way to act against Israel, I think Israel would have a legitimate [reason] to do all we can to prevent it.”
The strike that killed these 11 militants was “very, very professional,” according to Reuven, and would require “very, very high level intelligence” and “very accurate” targeting information.
Iran quickly confirmed that one of its top commanders had been killed in the strike, according to Farsi language reports.
Multiple state-controlled Iranian news agencies confirmed that Iranian Revolutionary Guard Corps (IRGC) Brigadier General Mohammad Ali Allahdadi had been killed by “a military helicopter of the Zionist regime during a visit to the ‘Quneitra’ region of Syria.”
“As a result of this crime, this heroic general along with several members of Hezbollah reached martyrdom,” the Iranian Students News Agency (ISNA) wrote in a Persian language report independently translated for the Washington Free Beacon by the Foundation for Defense of Democracies (FDD).
Allahdadi had been sent to Syria by top Iranian commanders “so that he could combat the Zionist regime in Lebanon and Syria,” according to the Iranian media.

lundi 19 janvier 2015

Le Hamas accuse Charlie Hebdo, d’incitation délibérée à la violence

Les responsables du Hamas, mercredi ont condamné le magazine satirique français Charlie Hebdo pour la publication de caricatures jugées offensantes pour l’islam et les musulmans.

La semaine dernière, le Hamas a publié une déclaration condamnant l’attaque terroriste meurtrière contre les journalistes du magazine.
Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a dit en réaction aux nouvelles caricatures publiées par le magazine ce mercredi que c’était “une provocation claire contre la sensibilité des musulmans dans le monde entier.”
Barhoum a accusé le magazine “d’aggraver la culture de haine et l’incitation délibérée à la violence.”
Il a dit que le Hamas condamne fermement la publication des caricatures. Il a affirmé qu’un “dangereux lobby sioniste est derrière une campagne de dénigrement  visant l’islam et les musulmans en Occident.”
Un autre responsable du Hamas, Izzat al-Risheq, a aussi fermement condamné la publication des nouvelles caricatures, les qualifiant de “défi envers les sentiments des musulmans.”
Risheq a dit que la publication des caricatures constituait un  “coup sévère” porté aux dirigeants arabes et musulmans qui ont participé dimanche à la manifestation anti-terroriste de Paris. Il a dit que la publication des caricatures était  “un acte raciste qui n’avait rien à voir avec la liberté d’expression.”

Boko Haram

As the world has watched the horrific terrorist attacks in Paris, France last week, as radical Islamic jihadists murdered over a dozen innocent civilians and struck at the very heart of freedom, another terrorist group carried out what is being called the “second-deadliest terrorist attack in modern history.”
Boko Haram, a radical Islamic jihadist army similar in its barbaric tactics to ISIS – the Islamic State – which I’ve written about many times, literally exterminated an entire city in northern Nigeria.  They slaughtered an estimated 2,000 innocent human beings.
In an indescribable killing spree, Boko Haram destroyed the city of Baga, burning Christian churches and murdering thousands.  One individual who escaped the massacre told international media, “I escaped with my family in the car after seeing how Boko Haram was killing people . . . I saw bodies in the street. Children and women, some were crying for help.”
There are reports that the jihadist army is now using young girls as suicide bombers.  Their barbarism and despicable tactics knows no bounds.
Last year, Boko Haram is reported to have murdered more than 9,000 civilians and has a penchant for targeting Christians.  With this latest attack last week, the death toll for 2015 has already exceeded 2,000.
The Wall Street Journal recently described the group this way:
Boko Haram attacks towns and villages on a daily basis. Their specialty is mass kidnapping—of boys and young men to join their ranks, and of girls to become wives of its warriors. . . .
In its jihadist regional ambitions Boko Haram resembles Islamic State. A collapse of Nigeria’s military would leave Boko Haram as the dominant force akin to what ISIS has done in Syria and Iraq. The human toll would be horrific.
I simply call them evil.
They perpetrate the same evil that ISIS  is spreading in Iraq and Syria, the same evil Hamas jihadists inflict on Israeli civilians, the same evil that al Qaeda unleashed on America 14 years ago.  It’s the same evil we saw on display in Paris last week, in the Boston bombings, the recent New York City hatchet attack, the shootings at the Canadian Parliament, and on and on.
The evil of radical Islamic jihad must be confronted in all its forms, and it must be recognized for what it is every time it strikes in every corner of the globe.  For years we’ve allowed groups like Boko Haram to ravage and kill in the name of Islam.  It’s time the Obama Administration and the State Department’s bureaucrats recognize and address this growing problem, call it what it is, and defeat it.
Until we do, the slaughter of innocent civilians will continue, not just in Africa and the Middle East but at our own doorsteps.