love of israel

vendredi 30 janvier 2015

Hamas et ABBAS


En 2007, Abbas a perdu la bande de Gaza au Hamas. Maintenant, il semble être en passe de perdre la bande de Gaza à ses rivaux du Fatah. Beaucoup de ses anciens partisans du Fatah se sont tournés contre lui.
La dernière chose que les Palestiniens et la communauté internationale veulent, c'est une autre la Syrie ou Libye ou Yémen au Moyen-Orient.
Ce ne est pas un combat pour la reconstruction de Gaza, ou des réformes, la démocratie ou la construction d'un meilleur avenir pour les Palestiniens. Ce n'est pas un combat entre les bons et les méchants. Plutôt, c'est un combat entre les méchants et les méchants - et c'est tout sur l'argent, l'ego et le pouvoir.

La faction palestinienne du Fatah, dont les dirigeants sont censés préparer les Palestiniens à un Etat palestinien indépendant, est actuellement en proie à une lutte de pouvoir amers et violents entre l'autorité palestinienne [PA] le Président Mahmoud Abbas et son grand rival, Mohamed Dahlan.
Il s'agit d'une lutte pour le pouvoir, cependant, qui jette des doutes sur le Fatah qui se dit prêt à établir un Etat palestinien en Cisjordanie, la bande de Gaza et à Jérusalem-est.
Les luttes intestines du Fatah ne sont pas nouvelles, comme Abbas et Dahlan, un ancien commandant de sécurité de l'Autorité dans la bande de Gaza, qui sont en guerre l'un contre l'autre depuis ces quatre dernières années.
Abbas estime que Dahlan, qui se repose actuellement dans les Émirats Arabes Unis, a longtemps été pressenti pour le remplacer en tant que président de l'autorité palestinienne. Abbas a pris un certain nombre de mesures visant à saper Dahlan, y compris de l'avoir expulsé du Fatah.
Abbas a également accusé Dahlan de malversations financières et de meurtre – choses que ce dernier a nié avec véhémence.
Mais c'est la première fois que le différend entre les deux hommes a débordé dans la violence. Dans les dernières semaines, les rues de la bande de Gaza sont devenues des scènes d'affrontements violents entre les partisans d'Abbas et de Dahlan, pour le plus grand plaisir du Hamas.
La dernière crise a commencé quand Abbas a décidé de couper les salaires de quelque 250 fonctionnaires du Fatah dans la bande de Gaza qu'il soupçonne être affiliés à Dahlan.
En réponse, les hommes de Dahlan sont allés saccager, incendiant des voitures et des institutions appartenant aux Loyalistes d'Abbas dans la bande de Gaza. Un des établissements visés par les hommes de Dahlan c'est la société pour les familles des prisonniers et des Martyrs, qui a été contrainte de fermer après que ses bureaux ont été incendiés dans la ville de Gaza.
Les Hommes de Dahlan ont également agressé un certain nombre de hauts responsables du Fatah étroitement associés à Abbas. L'un d'eux, Mohamed al-Nahhal, a été moyennement blessé lors d'un assaut à la Conférence d'un médecin, dans un hôtel de la ville de Gaza.
La violence a contraint le Fatah de suspendre toutes ses activités dans la bande de Gaza--encore une fois, beaucoup à la grande joie du Hamas.
Certains loyalistes d'Abbas sont convaincus que Dahlan et ses partisans travaillent en coordination avec le Hamas.
Osama Qawassmeh, un porte-parole de Fatah affilié à Abbas, a déclaré que le Hamas a travaillé dur pour « encourager » les hommes de Dahlan d'attaquer leurs rivaux. Il a également affirmé que Dahlan a amélioré ses relations avec le Hamas en canalisant les fonds à la bande de Gaza.
Suite à la récente vague d'attaques, les loyalistes Abbas dans la bande de Gaza ont poursuivi l'offensive en menaçant « d'éliminer » Dahlan et son « gang ».
Une brochure, publiée par un groupe jusqu'ici inconnu pro-Abbas appelé protecteurs de la légitimité, a menacé de tuer 80 partisans de Mohammed Dahlan. Le groupe a publié les noms des partisans, affirmant qu'ils travaillaient pour Israël.
« Vos menaces ne sauront nous intimider, » a déclaré le groupe. « Vous commencez à jouer avec le feu. Mais nous sommes faits de feu qui vous brûlera. La langue du dialogue avec vous est terminée et dès aujourd'hui nous allons commencer à vous parler avec le langage des armes et arrachement des têtes».
En 2007, Abbas a perdu la bande de Gaza au Hamas. Maintenant, il semble perdre la bande de Gaza à ses rivaux du Fatah.
Les événements violents de ces dernières semaines sont encore un autre signe de l'échec du Fatah à se ressaisir, surtout à la suite de sa défaite face au Hamas lors des élections législatives de janvier 2006.
Au cours des dernières années, Abbas a maintes fois déclaré qu'il n'y aura jamais un Etat palestinien sans la bande de Gaza.
Cependant, les luttes intestines entre les dirigeants du Fatah, ainsi que la lutte pour le pouvoir continuel entre Abbas et le Hamas, amènent à dire que les chances de créer un Etat Palestinien sont inexistantes. Si dans le passé, Abbas n'a pas pu visiter la bande de Gaza aux mains du Hamas, maintenant il sait que beaucoup de ses anciens partisans du Fatah se sont également retournés contre lui.
Dans les circonstances actuelles, il n'y a pas beaucoup d'autre choix pour Abbas il ne peut rien d'autre que demeurer en Cisjordanie, où il se sent plus en sécurité, en grande partie grâce à la présence des Forces de défense israéliennes qui y sont présentes.
Il est temps pour la communauté internationale se réveille et réalise que l'idée d'établir un Etat palestinien indépendant n'est rien d'autre qu'une blague. La dernière chose que les Palestiniens et la communauté internationale veulent c'est une autre Syrie ou Libye ou Yémen au Moyen-Orient.
Au lieu de travailler à s'entraider et reconstruire la bande de Gaza, les Palestiniens sont occupés par des combats et se menaçant les uns les autres. Ce n'est pas un combat pour des réformes, la démocratie ou la construction d'un avenir meilleur pour les Palestiniens. Ce n'est pas une lutte entre bons et méchants. Au contraire, il s'agit d'une lutte entre méchants et méchants-- mais c'est pour l'argent, l'ego et le pouvoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire