love of israel

dimanche 15 février 2015

on entend des échos

Maintenant, il devrait être évident pour toutes les parties concernées que les États-Unis, dirigés par Barack Obama, n’auront pas recours à l’option militaire pour contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran, ni qu’ils auront recours à des sanctions économiques. En traitant de la République islamique, il y a essentiellement trois options et Obama en a écarté deux d’entre elles.
La première option privilégie une approche trilatérale impliquant la diplomatie couplée à de paralysantes sanctions et la menace crédible du recours à la force si des sanctions ne devaient pas parvenir à convaincre les mollahs à changer de cap. Cette option bénéficie d’un soutien bipartisan au Congrès et est favorisée par de nombreux analystes politiques notables.
La deuxième option consiste à une action militaire immédiate pour détruire le vaste programme nucléaire de l’Iran. Nul doute que les États-Unis agissant seul, ou en coordination avec Israël, pourrait accomplir cette tâche. Néanmoins, quelques-uns parmi les plus bellicistes des faucons considèrent cette option comme responsable de la politique étrangère.
À l’opposé du spectre il y a l’option trois qui implique un apaisement classique dans l’esprit de Neville Chamberlain et c’est cette approche qui est favorisée par l’administration Obama. Jusqu’ici, le tortueux « P5 + 1 » des négociations avec l’Iran a sans cesse traîné en longueur, avec au moins deux prolongations injustifiées alors que les Iraniens poursuivent fébrilement leurs ambitions néfastes.
Deux violations iraniennes notables et inacceptables au cours de la période intérimaire ont prêté foi à l’idée que les iraniens sont malhonnêtes.
La première concerne la facilité de production de plutonium et d’eau lourde à Arak par l’Iran, où les Iraniens ont été pris à acheter des matériaux pour l’usine de fabrication de bombes, une violation flagrante des restrictions imposées par les Nations Unies sur cette activité.
Dans le second cas, les mollahs ont été pris alimentant en gaz UF6 les centrifugeuses IR-5 plus avancées, un acte manifestement interdit en vertu de l’accord du Plan d’Action conjoint de novembre dernier.
Dans les deux cas, les transgressions ont été aplanies et les Iraniens ont eu une simple tape sur la main.
L’absence de toute réaction américaine significative à ces violations graves montre avec une plus grande clarté que l’administration ne cherche plus à empêcher l’Iran de devenir une puissance au seuil du nucléaire.
L’accord qui semble se dégager est celui qui permet à l’Iran de conserver ses centrifugeuses et autres infrastructures essentielles, nécessaires à la production et à la livraison d’armes de destruction massive.
Les Iraniens ont brillamment agi avec « l’impartialité » de l’administration Obama, quelque chose que l’ancien Secrétaire d’État George P. Schultz avait averti qu’elle se produirait si l’administration Obama adopte une démarche débonnaire aux négociations.
Dans une interview à la BBC, Schultz a correctement noté que « l’Iran d’aujourd’hui est le premier état sponsor du terrorisme mondial et que les mollahs, « tout en souriant, vous endorment et puis vous coupent la gorge. » Malheureusement, Obama a omis de tenir compte des conseils du Secrétaire et le monde est devenu un endroit beaucoup plus dangereux à cause de cela.
Pour Israël, un pays habitué à des menaces d’anéantissement iraniennes systématiques, la perspective d’armes nucléaires ou d’infrastructures capables de développer de telles armes entre les mains des mollahs apocalyptiques est un non-sens. En outre, un tel scénario déclencherait instantanément une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient et transformerait cette région déjà instable en un baril de poudre. L’Egypte et l’Arabie saoudite naturellement se sentiraient obligés de se munir d’armes similaires comme une couverture contre un Iran toujours plus impérialiste et agressif, désireux d’étendre son hégémonie et de fomenter des troubles bien au-delà de ses frontières.
L’Europe ne serait pas épargnée non plus. L’Iran a développé fébrilement et a testé une nouvelle génération de plus en plus sophistiquée de missiles balistiques. En effet, un satellite commercial israélien « B Eros » a récemment découvert des preuves convaincantes d’une nouvelle génération iranienne de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) capables d’atteindre l’Europe et au-delà.
L’Imagerie satellite affiche un missile d’environ 27 mètres de long sur une rampe de lancement. Le missile, qui n’avait jamais été vu auparavant dans l’Ouest, est censé être capable de transporter des charges conventionnelles et non conventionnelles.
Mis à part les États-Unis, la nation la plus capable de porter un coup décisif au programme nucléaire iranien est Israël. Avec sa formidable force aérienne, considérée comme la meilleure pour ses capacités de ravitaillement aérien au monde, les puissantes plates-formes basées en mer de missiles sol-sol, Israël est dans une position unique pour lancer une attaque réussie et dévastatrice sur les infrastructures nucléaires de l’Iran.
Mis à part Israël, aucune autre nation dans le monde n’a réalisé avec succès une frappe sur une installation ennemie de fabrication de bombes nucléaires.
Ironiquement, l’Iran a tenté de le faire pendant la guerre Iran-Irak et a lamentablement échoué.
Israël a déjà réalisé avec succès deux de ces opérations. En 1981, ses chasseurs F-16 ont détruits le réacteur nucléaire français conçu pour l’Irak connu sous le nom Osirak situé près de Bagdad. Israël a été largement condamné pour ses actions à l’époque, mais au fil des ans, beaucoup, y compris ceux qui initialement ont critiqué l’opération israélienne, sont venus à apprécier la nature prémonitoire des actions d’Israël.
Et en 2007, dans une action baptisée « Opération Orchard », des F-15 israéliens ont attaqué et détruit en Syrie un complexe nucléaire Al Kibar, réduisant l’installation en déchets radioactifs.
Si Obama conclut un accord avec la République islamique, ce qui laisserait l’infrastructure nucléaire de l’Iran intacte, Israël n’aura pas d’autre choix que de lancer une opération militaire comme il l’a fait en 1981 et 2007. Dans le passé, l’administration a perfidement fait de son mieux pour contrecarrer les initiatives militaires israéliennes visant à préserver la stabilité régionale. En 2012, l’administration Obama, inexplicablement, a cherché à saboter une alliance stratégique naissante entre Israël et l’Azerbaïdjan et en 2013, les responsables de l’administration, furieux par les tensions régionales, ont fait fuir des informations reliant Israël à une série de frappes contre la Syrie visant à prévenir l’afflux d’armes au Hezbollah.
Malgré les efforts d’apaisement d’Obama, un accord avec la République islamique n’est pas une fatalité. Le président doit encore surmonter de fortes objections bipartites du Congrès, une perspective qui semble peu probable étant donné les fortes vues des membres de rang au sein de son propre parti démocratique.
Cependant, comme nous l’avons vu d’innombrables fois, la libération non autorisée d’agents d’Al-Qaida à Guantanamo à sa politique d’immigration et de santé irresponsables, Obama a développé un penchant à mentir à l’opinion publique américaine, affichant une désinvolture pour la Constitution et une tendance à contourner le Congrès.
Tout accord qui tenterait de contourner le Congrès et permettrait aux mollahs de conserver leurs « jouets » déclencherait presque à coup sûr une crise constitutionnelle.
Il mettrait également en mouvement une conflagration inévitable que rendra le monde beaucoup moins sûr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire