love of israel

mercredi 26 novembre 2014

Un sidour, un livre de prières juives, datant du 9è siècle – de l'an 840 précisément – constitue la troisième découverte d'importance concernant le passé à la fois historique et religieux du peuple juif.

La collection Green, l'une des plus importantes collections au monde de textes et d'objets bibliques rares, a annoncé qu'elle avait identifié ce qui est probablement le plus ancien livre de prière juif jamais trouvé à ce jour parmi 40 000 ouvrages.
Les chercheurs qui l'ont daté au Carbone 14 datent l'ouvrage de l'année 840 de l'ère chrétienne.

Le sidour pourrait constituer la première connexion établie en la pratique juive contemporaine et la tradition liturgique rabbinique ancienne.
Le parchemin est complet, dans sa reliure originale, contenant des caractères hébraïques si anciens qu'ils intègrent le système de voyelles babylonien.
C'est cette caractéristique qui a renforcé les chercheurs dans l'idée que le livre était à relier à la fin de la période des Gaonim.

" Cette découverte est la preuve historique d'un pivot de la vie religieuse juive, " a déclaré le Docteur Jerry Pattengale , directeur exécutif le la recherche de la collection Green; "ce livre de prière hébraïque contribue à combler le fossé entre les Manuscrits de la Mer Morte et d'autres découvertes de textes juifs des neuvième et 10e siècles. "

L'annonce de la collection Green intervient après la découverte, par des chercheurs italiens, de ce qui est le plus ancien sefer Torah retrouvé complet, datant du 12è siècle.
Par ailleurs, en septembre dernier, sur le chantier de fouilles du Ophel (une colline située au sud du mont du Temple, occupée notamment par les ruines de la Cité de David), une archéologue israélienne, le docteur Eilat Mazar, découvrait une série de 36 pièces en or et argent, mais surtout un grand médaillon en or, qui dateraient d'environ 6 siècles avant l'ère chrétienne, à 50 mètres du mur sud du Mont du Temple.

Suspendu à une chaîne en or, le médaillon de plus de 10 centimètres – la pièce essentielle de la découverte -est gravé d'un shofar, d'une menorah et la figuration d'un Sefer Torah ; le médaillon pourrait constituer l'ornement d'un ancien rouleau de Torah.
"Il a été enterré dans une petite dépression dans le sol, avec un petit médaillon d'or, deux pendentifs, une bobine d'or et un fermoir en argent - qui sont considérées comme des ornements de la Torah", expliquait-t-elle en présentant sa découverte surprenante, qui concerne la période la plus ancienne de l'histoire de Jérusalem et du Temple.

Compte tenu de la datation des objets, Mazar estime qu'ils auraient pu être abandonnés lors de la courte conquête perse de Jérusalem, en 614 avant l'ère chrétienne.
Quant au sidour, il devrait faire l'objet de recherches dont les résultats seront rendue publics d'ici une à deux années.

À ce jour, l'équipe de chercheurs a pu identifier six sections distinctes dans le livre parmi lesquelles : une centaine de bénédictions liées à la prière du matin (la première forme de ce qui existe dans la liturgie juive d'aujourd'hui), la Heggadah de Pessah, un texte du Cantique des Cantiques relatif à la fête de Soukot, et une section unique intitulée "Le salut à Sion "
Ensemble, ces trois découvertes fournissent une preuve tangible de la continuité de la pratique religieuse juive et la continuité des efforts pour la reconstruction d'une "Jérusalem juive" . 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire